»Attaque terroriste »

L’attaque de Peshawar : ces talibans qui se moquent d’Allah

Des parents éplorés lors de l'attaque de Peshawar. Photo web

Tuer et évoquer l’islam pour se justifier est une attitude audacieuse dont se réclament les talibans pakistanais après le carnage à Peshawar. Un drame qui a coûté la vie à 141 personnes dont 132 enfants. Chaque vie est importante est nul n’a le droit de tuer.

Le saint coran contenant les paroles d’Allah. Photo Web

« Allahu akbar », c’est par cette formule hautement sacrée et invocatrice que des individus étiquetés d’une appellation péjorative,  »terroristes » s’adonnent à une bassesse sans nom. Cette phrase est employée par tous les musulmans (les bons comme les mauvais) dans de nombreuses circonstances : notamment expression de joie et de louange ou par exemple pour souligner les « miracles » de la nature ou la grandeur de Dieu dans les bienfaits tirés de la nature et la soumission de tous les hommes aux lois naturelles (la mort). Elle peut également faire figure de cri de guerre. C’est certainement, cette dernière option qui sert d’arme de destruction aux esprits belliqueux, à ces hommes dont la croyance à l’islam souffre de perdition et de dogmatisme obsolète. Comme un ballet de lâches, les talibans pakistanais se sont encore une fois attaqués à des individus dans la fleur de l’âge, sans défense aucune et des innocents ; des écoliers.

Des parents éplorés lors de l'attaque de Peshawar. Photo web

Des parents éplorés lors de l’attaque de Peshawar. Photo web

141 morts dont 132 enfants, tous des enfants de militaires. C’est cet acte inhumain qu’ont commis les talibans pakistanais en attaquant dans la matinée du mardi 16 décembre une école à Peshawar. Les qualifier de ‘’sauvages ‘’, ne serait nullement une exagération. Ils entendaient ainsi répondre à l’offensive lancée en juin par l’armée contre ses bastions du Waziristan du Nord, dans les zones tribales pachtounes frontalières de l’Afghanistan.

Doit-on tuer au nom d’Allah ?

Sans aucune intention de blasphémer, ceux qui tuent aujourd’hui, ceux qui décapitent les otages innocents et exécutent leurs propres coreligionnaires semblent ignorer ce terme : le Miséricordieux (Al-Rahman), présent dans le début de chaque sourate. Je ne suis pas certain qu’ils aient une connaissance approfondie du Coran non plus, sinon ils tiendraient compte de ce qui a été révélé à Mohamed, le messager d’Allah pour les croyants, dans la continuité des dix commandements dont celui-ci : « Tu ne tueras point ! ». Malheureusement, ils ont une mauvaise interprétation des versets 89 et 90 de la sourate 4 (An-Nisaa).

Des hommes transportant des corps après le carnage de Peshawar. Photo web

Des hommes transportant des corps après le carnage de Peshawar. Photo web

Les talibans pakistanais interprètent le Coran de manière erronée et déformée, car ils ignorent le contexte des versets et ils le font soit par négligence pure, soit par dissimulation délibérée. Une religion ou dois-je dire un musulman qui ne respecte pas la vie n’a donc aucune raison d’être, même s’il tient lieu d’idéologie comme c’est malheureusement le cas dans beaucoup de pays musulmans. Au nom d’Allah on ne peut assassiner et cette barbarie ne se donne même pas la peine de cacher son vrai visage en se contentant de cacher le visage des femmes. Comme disait Malraux, « Peut-être une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut qu’une vie ».

Moussa Magassa.