Père, je ne suis pas encore « Président du Mali »

A l’occasion de la fête internationale des pères, je voudrais te rendre hommage pour ta contribution inestimable dans ma vie actuelle. Merci d’avoir faire de mon existence, une suite logique de tes enseignements. Bonne fête des pères à toi papa !

Il y a six ans que le tout puissant te rappelait auprès de lui. A l’époque j’étais adolescent mais je me rappelle encore aujourd’hui de ce lundi noir comme si c’était hier. Je venais d’être admis au Bac Blanc. Le seul joueur de l’équipe de Basketball du lycée, à Abengourou, dans le royaume de l’Indenié à l’Est de la Côte d’Ivoire. Toi, père tu étais à Bamako hospitalisé depuis quelques jours à l’hôpital du Point G. Hélas je ne m’étais pas rendu comptes de la gravité de la situation.

Longtemps j’ai essayé de t’écrire. Chaque fois, les mots m’ont manqués. Désormais tu reposes au cimetière du point G, loin de ta famille, tes amis, tes enfants à qui tu as offert tout ton amour et ta compassion.

Mon père lors d'une fête musulmane.

Mon père lors d’une fête musulmane.

Six ans après, tu es encore ancré dans nos cœurs. Personnellement, je me surprends souvent à rêvasser sur nos instants de partage.

J’avais 12 ans lorsque j’ai été admis au collège. Tu étais heureux de me présenter au premier venu comme ta fierté. Tu n’hésitais pas une seconde à te réveiller avec moi dès 5h du matin pour ensuite m’accompagner à l’école. Durant 7ans, tu te vouais à cet exercice sans jamais te lasser.

Te rappelles-tu père de cette matinée pluvieuse où tu as insisté pour m’accompagner au lycée malgré les dernières gouttes de pluie ? Lorsque nous avons été aspergés par l’eau stagnante sur l’artère principale du lycée, tu étais rouge de colère. Les insultes et reproches que tu faisais à l’égard du conducteur incitaient d’avantage chez moi un sourire moqueur. Parce que quelque part, la scène m’avait donné raison.

Aujourd’hui, j’ai satisfais certaines de tes attentes mais père je ne suis pas encore « Président du Mali » comme tu l’as toujours souhaité. Je ne sais pas si je le deviendrai un jour mais je promets de faire mon mieux pour te rendre d’avantage fier de moi.

Je suis par moment confus lorsque je me rappelle de cette question que tu me posais très souvent: pourras-tu me rendre tout ce que j’ai fait pour toi un jour? Non, père! Plus maintenant puis que tu n’es plus de ce monde. Mais je te promets que je ferai mon mieux pour que tes enfants et ta femme soient comblés. Je m’efforcerai chaque jour à relever ce défi. Peut-être que je serai « président du Mali » un jour. En attendant ce jour, je m’investirai à œuvrer pour ma famille, mon entourage et mon peuple entant que digne fils de la nation malienne.

En ce jour spécial, où le monde entier célèbre les pères, je voudrais que tu saches que tu es le meilleur des pères que j’ai connu. Tu es pour moi une référence, un exemple et une source intarissable dans laquelle je puise chaque jour mon espoir de faire de ma vie un exemple pour la génération future.

Repose en paix père!

Et merci pour tout!

À propos de l'auteur

jeuneivoiromalien

Journaliste- blogueur- web activiste, Community Manage. Moussa MAGASSA dit "JeuneIvoiroMalien" est passionné de lecture et de l'écriture. Il est aussi Simple et modeste mais direct.

Archives par auteur

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *