Violence conjugale au Mali; à qui le tour après Mariam Diallo ?

Un homme sur deux bat copieusement sa femme au quotidien dans mon pays. Par moments, jusqu’à ce que mort s’ensuive, mais rien n’est fait pour endiguer un tel acte. Pire, on ose le justifier par le poids d’une tradition ridicule et obsolète.

Au Mali l’on a tendance à accueillir les vicissitudes de la vie comme chose ordinaire qui ne vaut pas la peine de lever le petit doigt pour prétendre à un changement radical. Tous se clament solidaire, pis on a même le toupet de se taper la poitrine pour affirmer qu’on est un « vrai Malien »1, mais personne ne s’arrête pour porter secours à un individu lors d’un accident de la circulation. Des exemples de cet acabit il en existe en pagaille. Actuellement,l’unique sujet qui m’indigne et m’enlève tout goût de sommeil est celui de Mariam Diallo, une journaliste lâchement assassinée par son mari sous le contrôle d’une substance néfaste, à en croire l’opinion publique.

Écriteau témoignant mon soutient à la disparue. Crédit Photo

Écriteau témoignant mon soutien à la disparue.
Crédit Photo

La date du jeudi 5 février 2015 restera un jour triste pour la nation malienne et pour ma modeste personne en particulier. Dans les faits, son soi-disant mari à l’aide d’un couteau l’a poignardé plusieurs fois dans le ventre jusqu’à ce que mort s’ensuive. Cette version est celle qui s’est répandue comme une traînée de poudre dans la capitale malienne. Comme à l’accoutumée, des indignations se sont fait entendre dans les premiers instants et depuis plus rien. Arrêté et placé sous mandat de dépôt, son assassin attend que la justice fasse son travail. Soumaïla Dicko (son mari) était reconnu pour ses réactions agressives au foyer. Depuis un moment déjà, rien n’allait plus dans le couple, les mésententes s’étaient exacerbées jusqu’à transformer le foyer en un véritable enfer. Mariam Diallo a fait part de ses intentions d’entamer une procédure de divorce. Très vite sa famille lui déconseille de la famille pour des raisons ridicules et stupides. Le divorce n’est pas bien perçu dans un couple surtout quand c’est la femme qui en fait la demande, coutume oblige. Quel que soit l’enfer que la femme vit dans son couple elle ne doit en aucun cas mettre fin à son mariage sans la bénédiction des parents. Des parents qui bien souvent ignorent le calvaire que vit leur fille. Mariam Diallo a malheureusement décidé d’écouter les conseils de ses proches comme plusieurs autres femmes au foyer le font chaque jour au pays de « ladjibrouma » et elle a eu une fin tragique.

La défunte. Photo google

La défunte. Photo Google

Son père pardonne ce que l’on qualifie par ignorance de «tort », pis d’autres vont jusqu’à affirmer avec dégoût qu’« elle est morte et on n’y peut rien ». Eh bien moi je ne suis pas de cet avis et suis contre toute violence conjugale aussi minime soit-elle. Une femme n’est pas une balle de pingpong à la merci de son mari, elle tout aussi un être humain qui a des droits qu’il faut respecter et protéger à tout prix. Au moment où les organes de presse nationaux sont intimidés et ne dénoncent ce crime, au moment où ses collègues de la presse n’ont point manifesté leur soutien à la défunte, au moment où les médias n’en parlent plus vu que c’est monnaie courante au Mali, c’est à ce moment que je dis non à cette intimidation, cette inertie insensée et irraisonnable du peuple malien. Il est temps que l’on arrête de se taire sur des sujets aussi délicats et qu’enfin on ouvre les yeux sur les exactions faites sur la femme dans nos sociétés africaines. J’aurais souhaité que plus jamais une autre femme au Mali ne subisse la tragique fin de Mariam Diallo. Je sais que c’est peine perdue parce qu’au Mali, à l’heure où j’écris une femme sur deux est violentée par son homme qui ne voie qu’en elle la chose dont il est le propriétaire incontesté. C’est ça mon pays hélas ! Hélas ! Hélas !

1- Vrai Malien : le statut hautement emblématique que s’octroie le Malien lorsque son identité est mise en cause lors d’une plaisanterie.

Moussa Magassa

The following two tabs change content below.
jeuneivoiromalien
Journaliste- blogueur- web activiste, Community Manage. Moussa MAGASSA dit "JeuneIvoiroMalien" est passionné de lecture et de l'écriture. Il est aussi Simple et modeste mais direct.
jeuneivoiromalien

Derniers articles parjeuneivoiromalien (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *