Libérez nos maris, libérez Laurent Gbagbo …

Dans la matinée du lundi 16 décembre 2013aux environs de 8h45mn, un groupe de personne composé à majorité de jeunes femmes et de jeunes garçons mais également des enfants, s’est regroupé devant le palais de justice du Plateau.

2013-12-16 08.50.38

Des manifestants.Crédit photo jeuneivoiromalien

Ces personnes revendiquaient la libération des prisonniers politiques pro-Gbagbo qui représentent pour les uns des parents très proches et pour d’autres leurs maris. Ils revendiquaient bien évidemment la libération de Laurent Gbagbo détenu à la Haye. Vêtus de T-Shirts blancs sur lesquels on pouvait voir les photos de ces prisonniers, brandissant en  l’air des pancartes livrant des messages comme ceux-ci ‘’libérez Gbagbo’’ ou ‘’la prison est-elle un programme de gouvernement’’…

2013-12-16 08.53.16

Un enfant demanda la liberation de son père. Crédit photo jeuneivoiromalien

Les plus jeunes  faisant des signes pour implorer le pardon du nouveau chef d’Etat afin qu’il libère leurs pères. Le sifflet à la commissure des lèvres laissant entendre un son strident accompagné d’un dodelinement simultané des têtes. Assis à même le sol dans un hurlement propre à une femme blaisée dans son amour propre, le groupe laissait maintenant entendre depuis une dizaine de minutes, une ambiance funéraire comme si ces personnes dont ils réclament la libération n’étaient plus de ce monde et ce sous l’œil vigilant de quelques  gendarmes en service devant l’entrée du palais.

2013-12-16 08.53.04

Des pancartes illustratifs.crédit photo jeuneivoiromalien

Exaspérés par tout ce vacarme, l’ordre venant certainement du haut, les gendarmes rejoints par d’autres propulsaient des gaz lacrymogènes sur le groupe à majorité des enfants et des femmes. Durant cinq minutes environs une volute de fumée s’empara de l’atmosphère qui devenait de plus en plus infernale. Ces gens venus revendiqué la libération de leurs proches recevaient en plein visage  du gaz qui provoqua dans les yeux une sécrétion de larmes. Ils se résolurent à lever le camp et à attendre que le bon Dieu leur vienne en aide…

MOUSSA MAGASSA

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *